L’Excellence Opérationnelle

Un de mes plus fidèles lecteur m’a envoyé ce message :

« Bonjour Christophe,

Encore merci pour cette possibilité de nous améliorer et de connaître le monde du Lean et de l’Excellence opérationnelle. Votre magazine est claire, précis, bien construit et bien argumenté avec des exemples ! Justement et pour vous, quelle est la définition de l’Excellence opérationnelle ? Il y a tellement d’avis différent…

Moi je l’ai formalisé: Lean + SS + TOC + Approche systémique= Excellence opérationnelle

Y aura-t-il des articles sur l’approche systémique ? Là aussi je suis preneur. Merci pour vos réponses. A bientôt. Bien cordialement. »

Alain 

bienvenue3

Voici ma Réponse

Tout d’abord, je tiens à remercier Alain pour sa fidélité, ainsi que pour cette question pertinente.
Regardons de plus près ce que représente l’Excellence Opérationnelle:
Selon le Rapport sur l’enseignement de l’excellence opérationnelle dans les grandes écoles d’ingénieurs et de management, réalisé par M. Alain Dorison, Directeur de l’Ecole des Mines d’Alès, remis au ministre en charge de l’Industrie (accès au rapport complet):

…L’excellence opérationnelle est une démarche systématique et méthodique menée dans l’entreprise pour maximiser les performances en matière de productivité, de qualité des produits et de réduction des coûts, et plus généralement de performance…

…Au sens du présent rapport, l’excellence opérationnelle désigne une collection de démarches, méthodes et techniques dont le but est l’amélioration continue des procédés de production, tant en termes de productivité, de réduction des coûts de toute nature et de qualité des produits. Ces démarches utilisent une grande variété de concepts, méthodes, techniques ou outils, souvent auto-redondants, dont, pour citer en vrac les plus connus et sans viser aucunement l’exhaustivité : 6 sigma, 5 zéros, AMDEC, cartes de contrôle, cercles de qualité, diagramme de Pareto, diagramme d’Ishikawa, Kaizen, Kanban, lean management, QQOQCP, roue de Deming,TPM etc…

Ce qui manque dans cette définition est l’approche humaniste du Lean, qui devrait être sous-jacente à l’EO. L’épanouissement des employés est une fin en soi au même titre que la satisfaction du client.
On ne peut donc par résumer l’EO à une simple boite à outil.

Dans une publication des ingénieurs centraliens (à lire ici), on peut lire ceci:

L’Excellence Opérationnelle est une dénomination récente qui regroupe un ensemble de démarches d’amélioration de la performance sur l’ensemble d’une organisation et des individus et équipes qui la constituent. À l’origine, l’excellence opérationnelle ou efficacité opérationnelle était définie comme la capacité d’une entreprise à :
• être efficace, c’est-à-dire délivrer les produits, services répondants aux attentes du marché ;
• et être efficiente, ou être efficace avec les niveaux d’effort et de coût juste nécessaires.

La encore, il semble que la notion de développement personnel est absente. Il semble y avoir une constante parmi mes collègues ingénieurs concernant ce point 🙂

Dans son excellent blog EO.TV, Florent Fouque définit l’EO comme suit:

selon EO.TV l’excellence opérationnelle recouvre des champs aussi vastes que le lean six sigma, la TOC, le marketing, les achats, la supply chain, les services, les méthodes agiles, l’approche systémique, le développement personnel…etc.

J’avoue que cette définition me plait bien et semble plus complète. L’approche EO est assez courte et pragmatique, pour ceux qui connaissent les termes techniques tels que Six Sigma, TOC, agile, systémique…sinon, on est un peu perdu. Mais en gros, c’est bien ça.

Dans cet excellent blog, Leanpower.fr à découvrir ici

L’Excellence Opérationnelle peut être définie, comme le fait l’EFQM, comme « une Pratique exceptionnelle de Management d’une Organisation et d’obtention de Résultats ».

Pour construire la différenciation à même d’assurer un avantage compétitif nécessaire dans les environnements actuels, les entreprises gagnantes développent des stratégies originales et renforcent leurs « basics » au niveau des opérations. Elles ne disposent pas de méthodologies originales ni de catalogues de « Better Best Practices » : elles ont en commun de rendre leurs opérations plus réactives, lean et agiles.

On retrouve aussi la notion de Lean et Agile. Mais il manque les notions de 6sigma, TOC…Bref, comme pour définir le Lean Manufacturing (voir Culture Lean n°1), l’Excellence Opérationnelle semble bien compliquée à définir.

Je proposerai la définition suivante :

L’Excellence Opérationnelle est un ensemble de démarches d’amélioration de la performance sur l’ensemble d’une organisation et des individus et équipes qui la constituent. Elle intègre le Lean Six Sigma, la Théorie des Contraintes, les méthodes agiles, l’approche systémique, le développement personnel…Elle s’applique aussi bien à la production industrielle de biens, qu’au marketing, la R&D, les achats, la supply chain, les services, l’informatique, la santé…

Pour finir de répondre au message d’Alain, je préparerai des articles sur la TOC, le 6Sigma, les méthodes agiles, l’approche systémique et même le développement personnel (dans le cadre de l’entreprise), dans les prochains numéros du magazine Culture Lean.

Tagged As: , , , , , ,

No comments yet... Be the first to leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + un =